Autres Rubriques (Voir Colonne de gauche) : Présentation de la CI / Présidence de la République / Institutions / Gouvernement / Structures Sous-Tutelle des Ministères / Corps Constitués / Organisations Internationnales / Ambassades / Presse / Jeunes / Femmes / Success Story / LNC TV

Numéros Utiles : Pompiers : 180  Caserne de l'Indénié : 20 21 12 89 / 20 21 10 67 Zone 4 : 21 35 73 65  Yopougon : 23 45 16 90 - SAMU : 185 / 22 44 34 45 / 22 44 53 53  - CHU Cocody : 22 44 91 00 / 22 44 90 38 / 22 44 90 60 - CHU Treichville : 21 24 91 55/22 - CHU Yop : 23 26 64 54 / 23 46 61 70 - Police secours : 111 / 170 - Direction Générale de la Police : 20 22 20 30 - Préfecture de police : 20 21 00 22 - Aéroport : 21 75 79 01/02

scroll back to top
scroll back to top
Bon à Savoir

Conférence Internationale sur le Caoutchouc Naturel à Abidjan. 300 participants d’une quinzaine de pays du monde attendus. Thème : « Contribution de l’industrie du caoutchouc au développement socio-économique et à la préservation de l’environnement. » 22-24 Octobre 2018. Sofitel Hôtel Ivoire
Contacts : (225) 22 528 185 / 22 414 616

Hôtels - Résidences - Restaurants
JS Date Selector
scroll back to top

 

IAC REFLEXION
« Qu'un homme reste à la traîne ou qu'il aille de l'avant dans son domaine dépend de sa seule application personnelle. Cela demande du temps, du travail et des sacrifices. Personne ne peut le faire pour vous »
(Ralph J. Cordiner)

 

 

scroll back to top
scroll back to top

 Importance de la culture

  • Historique :

Le cocotier n’est pas originaire d’Afrique mais provient du sud-est de l’Asie, il a été planté sur le long du littoral du golfe de guinée par les marins portugais. Le cocotier a connu son essor en Côte d’Ivoire pendant les années 1920 -1930. La station de l’IRHO Lamé a commencé les recherches pour le cocotier dès 1952 et en 1967 un véritable plan cocotier est lancé avec création de grands blocks industriels. Les plantations villageoises furent crées à partir de 1969 à la périphérie de ces grands blocks.

  • Place dans l’économie

La culture de cocotier a donné des débouchés aux populations sur le littoral. Elle a permis à la construction des écoles, des hôpitaux sur les plantations agro-industrielles. Les plantations villageoises ont été créées autour des unités de transformation. La Côte d’Ivoire a été le 5ème exportateur mondial d’huile de coprah de 1995-1996. Le coprah a un bel avenir parce que le marché se développe.

 Production

Superficie et typologie des exploitations

La superficie totale est de 37 500 ha dont 16 544 ha de plantations industrielles
et 15 423 ha de plantations villageoises.

Rendements et productions

- production : 98 000t de coprah (année 94)
- rendement : 4T/ha/an plantations industrielles et 200kg en plantations villageoises.

Zones de production

Les zones de production sont les zones forestières du sud - est et sud - ouest de la Cote d’Ivoire. Les sites de production sont Grand –Lahou , Jacqueville, Assinie,San – pedro, Grand –bassam, Sassandra, Fesco, Tabou etc…

 Transformation

Produits de la transformation et quantité 

La noix de coco est l’origine de plusieurs produits. Le coprah fournit 60% à 70% de matière grasse soit 15 088 t d’huiles de coprah. Il fournit de l’huile pour l’industrie alimentaire et cosmétique. Le coco râpé est employé en confiserie - pâtisserie et biscuiterie, l’amande fraîche fournit également le lait de coco et la crème de coco.

Unités de transformation (usine, localisation, etc.)

Les unités de transformations sont au nombre de trois sociétés privées :
SICOR, CAIMPEX, COPAGRI.

 

STRUTURES

LOCALISATION

SUPERFICIE (ha)

SICOR

Grand-lahou, Jacqueville, Grand - béréby

11 985

CAIMPEX

Assinie, Port Bouet

3329

COPAGRI

Fresco

1230


 Commercialisation

  • Commercialisation intérieure (circuit, mécanisme de fixation de prix et prix appliqués)

La filière est privatisée depuis décembre 1996, et jusqu’à présent des problèmes de réorganisation se posent à la filière notamment au niveau de l’encadrement et de la commercialisation. De plus la baisse des cours du coprah va aggraver la situation plongeant la filière dans une léthargie profonde. Les repreneurs attendus ne se bousculent pas. Une seule société agro-industrielle en l’occurrence la SICOR opérait dans le secteur. Elle a repris le patrimoine de la SODEPALM pour ce qui concerne le cocotier. Mais des difficultés financières entravent son fonctionnement au point où elle fonctionne par intermittence.

La production villageoise ne trouve pas toujours de marché quand l’usine de la SICOR ferme.
Le prix de coprah : 140 à 150 FCFA / kg de coprah
Huile de coprah : 350 FCFA /litre
Ces prix ne sont pas appliqués réellement, le coprah est acheté à 15F à 25F par kilogramme.

 

  • Commercialisation extérieure

(Mécanisme de fixation de prix, prix appliqués et principaux marchés)

Libéralisation de la filière et privatisation des unités agro- industrielles

  • Rappel libéralisation et privatisation

Lors de la privatisation des conventions ont été signées entre l’Etat et les repreneurs pour assurer la relève. Ces repreneurs doivent acheter les noix de coco des paysans et assurer leur encadrement.

  • Acteurs de la filière (Organisation de la filière après la libéralisation )

Les planteurs et les agro - industrielles (SICOR, CAIMPEX, COPAGRI) constituent les principaux acteurs. Il n’existe de coopératives et d’organisation professionnelle dans cette filière, les agro-industrielles n’achètent presque plus les productions villageoises. Ce qui a entraîné l’abandon ou la reconversion de certaines superficies en d’autres cultures.

scroll back to top

 

scroll back to top
scroll back to top
CONNAIS-TU MON BEAU PAYS ?
HONNEUR
ET GLOIRE
(Ils ont construit la CI)
SALUT
LES ARTISTES !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

scroll back to top

 

scroll back to top
2018 CopyRights LN Groupe
TOUS DROITS RESERVES