Bon à Savoir

Tenue de la 77ème plénière annuelle du comité international du coton (CCIC/ICAC)
du 02 décembre au 06 décembre 2018.
Lieu : Sofitel Hôtel Ivoire Abidjan
Thème : « Défis du coton : Solutions innovantes et durables »
Contacts :
(225) 20 20 70 30 / 06 22 16 11

Hôtels - Résidences - Restaurants
scroll back to top
JS Date Selector

 

Vidéo du mois :
 
Gros plan sur UNIVERSELLE INDUSTRIES

 

scroll back to top
scroll back to top

Tourisme

 CONTEXTE

Après avoir longtemps bénéficié d’un exceptionnel environnement de paix et d’une stabilité politique qui a favorisé son développement, le tourisme ivoirien a connu de fortes perturbations liées aux différentes crises militaro-politiques de 1999 à 2011. Pendant plus d’une dizaine d’années, le développement économique, social et culturel avait marqué un coup d’arrêt en Côte d’Ivoire.

Cependant, il faut préciser que, pendant les années de braise, le secteur touristique était complètement sinistré. Les établissements hôteliers de l’intérieur ont été abandonnés ou détruits. Ceux d’Abidjan et alentours connaissaient une chute drastique de leur taux d’occupation

Cela dit, il convient de rappeler que le tourisme relève de l’économie de service. Il est porteur à tout point de vue, comme on pourrait le dire de la culture du cacao pour ne citer que cette spéculation.

Plus d’un milliard de touristes ont visité le monde, pour plus de 500.000 milliards de francs CFA de recettes. Des millions d’emplois ont été créés par le tourisme. Aujourd’hui le tourisme plane sur toutes les autres activités en termes de recettes.

Pour arriver à faire de notre tourisme, l’un des moteurs de la croissance économique inclusive, il faut  bâtir une stratégie claire.

                                                                                                        

 

   NOUVELLE VISION ET ORIENTATIONS STRATEGIQUES

 

Le tourisme ivoirien peut et doit retrouver une nouvelle vitalité.  Les potentialités et atouts touristiques restent immenses et n’attendent que la mise en place d’une politique volontariste pour faire de la Côte d’Ivoire une destination phare de la sous-région.

Il s’agit de faire de la Côte-d’Ivoire l’un des cinq premiers pays en Afrique et la première destination touristique en Afrique de l’Ouest, à l’horizon 2030. A cet effet, un document de Politique Générale du Tourisme fixe le cadre logique et institutionnel cohérent dans lequel devront s’inscrire toutes les actions de développement et de promotion du secteur.

L’objectif général est de faire de l’industrie touristique un facteur de cohésion sociale et un moteur de développement économique et social. De façon spécifique, cette politique vise à :

-      améliorer l’environnement du secteur du tourisme.

-      améliorer l’offre de services du secteur du tourisme. promouvoir le tourisme.

 

La Politique Générale du Tourisme est sous-tendue par les principes directeurs suivants :

-      la mise en œuvre d’un partenariat tripartite Public-Privé-Populations, prenant en compte la question du genre, en vue d’une meilleure exploitation des avantages comparatifs de chaque acteur pour le développement du secteur ;

-      la prise en compte de la décentralisation dans la stratégie de développement du secteur du tourisme et l’implication toute particulière des populations locales dans la gestion, la protection et la promotion du patrimoine touristique ;

-      l’inscription de toute action dans une perspective de développement humain durable et de protection de l’environnement ;

-      le maintien et la promotion d’une image de terre d’accueil ouverte sur le monde ;

-      la quête d’une offre touristique de qualité et respectueuse des conventions et normes régionales et internationales.

Sur la base de ces objectifs, sept axes stratégiques ont été retenus pour la mise en œuvre de la politique. Ce sont :

-      le renforcement du cadre institutionnel et juridique ;

-      le renforcement des mécanismes de financement ;

-      la mise en place d’outils d’évaluation et de suivi des activités du secteur du tourisme ;

-      la valorisation et la vulgarisation des produits du tourisme ; la promotion du secteur du tourisme ; le renforcement des partenariats.

Ces axes se déclinent en actions prioritaires sur la période 2012-2020.

La mise en œuvre de la matrice d’actions prioritaires est basée sur une programmation triennale avec la mobilisation des ressources et l’adoption des modalités de supervision, suivi et d’évaluation. Le Ministère du Tourisme vise, à travers la réalisation des actions, la création, à moyen terme, de plusieurs réceptifs hôteliers de haut standing dans les zones à fortes potentialités touristiques, le doublement des arrivées de touristes à l’horizon 2015 et l’accroissement du tourisme interne.

Aussi, l’accent sera-t-il mis sur le développement durable et la diversification des offres pour combiner le balnéaire et le culturel, développer et promouvoir l’écotourisme, les produits sportifs et le bienêtre.

Dans cette vision, les interventions relatives à l’adoption d’une loi d’orientation sur le tourisme, la mise en conformité des établissements de tourisme et de l’hôtellerie(classification et reclassement), la restructuration du Fonds de Développement Touristique, la mise en place d’une police touristique, la facilitation de la desserte de la destination Côte d’Ivoire avec notamment l’instauration de la délivrance du visa à l’arrivée à l’Aéroport international FHB d’Abidjan et l’élargissement de la desserte de la destination par les compagnies charters sur Abidjan, San Pedro et Yamoussoukro revêtent un caractère fondamental pour la réussite de cette politique.

 

Les résultats attendus se présentent comme suit :

-      le nombre de touristes internationaux a atteint 500.000 ou plus en

2015, 1.500.000 en 2020 et 5.000.000 en 2030 ;

-      la durée moyenne de séjour des touristes est de 5 jours-minimum ;

-      la contribution du secteur au PIB est de 5% ;

-      le nombre d’emplois directs et indirects crées a atteint 50.000 en 2015, 200.000 en 2020 et 700.000 en 2030.

L’impact de ces résultats sur l’activité économique en général et les entreprises du secteur en particulier devra permettre de consolider le développement d’un touriste solidaire, responsable et durable.

                UNE PERIODE  DE NEUF ANS (2012- 2020)

La présente politique s’étend sur un temps couvrant une période de neuf ans (2012-2020). Sa mise en œuvre est basée sur une programmation réaliste et à moyen terme, qui tient compte des spécificités du secteur et de l’implication des acteurs concernés. Déclinée en actions, elle est fondée sur la ferme volonté de faire du tourisme un moteur de croissance économique à travers le développement de services compétitifs et un facteur de renforcement de la paix et de l’intégration.

La première partie dans la mise en œuvre des actions couvre la période 2012-2015, cadrant ainsi avec le PND.

La principale mesure législative destinée à accompagner les réformes concerne la mise en place du Code du Tourisme adopté par l’Assemblée Nationale le 28 Février 2014.

Le Projet de Code du Tourisme s’articule autour de disposition tendant à assurer les meilleures conditions pour :

-      le développement des entreprises et professions touristiques ;

-      la facilitation des voyages et séjours ;

-      la promotion du patrimoine touristique ;

-      le développement des ressources humaines ;

-      la création d’un cadre formelle régissant les relations professionnelles entre les acteurs du secteur ;

-      l’application des normes et standards du secteur.

La mobilisation des ressources humaines, financières et matérielles pourra ainsi se faire à travers une synergie dynamique des contributions de tous les acteurs.

 

                     UN CADRE ORGANIQUE ACTUALISE

Les pouvoirs publics devront renforcer leur rôle d’orientation, de coordination, de promotion et de régulation, du développement touristique et créer les conditions pour la consolidation du secteur privé touristique.

A ce titre l’Administration Nationale du tourisme à travers ses Directions centrales, ses services rattachés et extérieurs jouera un rôle central dans la mise en œuvre de la matrice d’actions.

En vue de faire assurer pleinement ce rôle, une nouvelle organisation du Ministère du Tourisme s’avère nécessaire. Le projet d’organisation prend suffisamment en compte l’interdépendance et la complémentarité entre les différents services avec un cadre organique actualisé, renforcé et mieux adapté.

Les principaux points de mise en œuvre par l’Administration nationale sont :

-      l’information, la formation et l’accompagnement des acteurs ;

-      la réglementation et l’allègement des procédures et formalités des entreprises touristiques ;

-      la mise en place des infrastructures de base, notamment  les pistes d’accès aux sites touristiques et la promotion des énergies renouvelables  dans le secteur ;

-      la fixation et le contrôle des normes de qualité et standards ;

-      la promotion de la destination ;

-      la mobilisation des partenaires techniques et financiers ; le suivi et l’évaluation des actions.

Les réformes institutionnelles et juridiques concernent également les structures sous tutelles pour leur permettre de jouer réellement leur partition dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Générale du tourisme, il s’agit notamment de :

-      la restructuration de Côte-d’Ivoire Tourisme en vue d’en faire un outil de promotion doté de moyens conséquents avec des capacités professionnelles de Tours Operators ;

-      la restructuration du Fonds de Développement Touristique pour une meilleure prise en compte des attentes des opérateurs du secteur.

Plusieurs Ministères et Institutions sont impliqués dans la mise en œuvre du plan d’action et devront collaborer étroitement avec le Ministère du Tourisme. Il s’agit notamment des départements en charge de l’Environnement, des Transports, de la Culture, des Infrastructures, de l’Economie, de l’Administration Territoriale et de la décentralisation, de la Formation professionnelle, de la Sécurité, du Commerce et des Affaires Etrangères. 

Leur implication se fera au travers d’actions concertées en synergie avec l’Action Gouvernementale et le PND.

Les structures décentralisées sont aussi des acteurs majeurs de la mise en œuvre de la Politique Générale du tourisme au niveau local. En effet, elles ont des prérogatives de puissance publique dans le transfert de compétences. A ce titre elles peuvent assurer notamment :

-      l’aménagement touristique dans leur zone de compétence ;

-      la création des infrastructures touristiques ;

-      la promotion du tourisme ;

-      l’encadrement et la formation des acteurs.

A cet égard, les Conseils Régionaux et Municipaux participeront activement à la mise en œuvre du plan d’actions et des stratégies de promotion du tourisme à travers des initiatives propres et des actions conjointes avec l’Etat, les opérateurs locaux et les partenaires au développement.

Quant au secteur privé, son rôle consistera en la réalisation d’investissements permettant de développer l’industrie touristique et hôtelière, notamment par la création et la mise à niveau d’infrastructures, l’acquisition d’équipements spécifiques, l’aménagement de sites d’attraction et la création des circuits touristiques en collaboration avec les collectivités locales. Le renforcement du partenariat avec les services publics permettra au secteur privé d’être non seulement bénéficiaire des services, mais également acteur majeur du développement du tourisme. A cet effet, un cadre de concertation partenariat public-privé dénommé Comité National du Partenariat Public-Privé est prévu dans le projet d’organisation du Ministère du Tourisme.

La Politique générale du tourisme sera mise en œuvre avec le concours des partenaires de la coopération bilatérale, multilatérale et décentralisée (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International, PNUD, OMT, UE, BAD, BOAD, CEDEAO, UEMOA etc.). Ces partenaires devront contribuer notamment à :

-      l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’actions ;

-      la mobilisation des ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs de la politique ;

-      au renforcement des capacités institutionnelles, juridiques et technique des acteurs ;

-      la promotion des produits touristiques ; le suivi et l’évaluation des plans d’actions. 

scroll back to top

 

scroll back to top
scroll back to top
CONNAIS-TU MON BEAU PAYS ?
HONNEUR
ET GLOIRE
(Ils ont construit la CI)
SALUT
LES ARTISTES !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

scroll back to top

 

scroll back to top
2018 CopyRights LN Groupe
TOUS DROITS RESERVES